jeudi 31 mars 2011

Conseil d'arrondissement Paris 5, 17 - 3 - 2011 - Compte rendu

Une assistance réduite à ce conseil d’arrondissement avec un ordre du jour restreint et technique :pour l’essentiel des mises en œuvre de questions déjà abordées auparavant.

  • subvention à l’ association « Lezarts de la Bièvre »,très active dans le quartier pour la promotion des arts plastiques.
  • confirmation de la reprise de l’ancienne crèche Trempoline par la fondation « la Croix Saint Simon » cette crèche maintenant dénommée « Tambour et Trompette » a la spécificité d’accueillir des enfants handicapés.
  • Décisions techniques pour la révision du P.L.U
  • Subventions de la région à des aménagements de la voierie pour la sécurité ;dans notre quartier il s’agit d’un important aménagement rue Saint Jacques à la hauteur de l’institut des jeunes sourds.
  • nouveaux tarifs du stationnement horaire(sans modification pour le résidentiel)
  • Subvention à la fédération des anciens combattants en Algérie.
  • Subvention au comité des fêtes.
  • Installation de contrôles automatisés de la vitesse ,du franchissement des feux rouges.
  • Adoption du programme local de l’Habitat.

Le débat ne s’anime vraiment qu’à l’occasion du vote d’un vœu pour la réouverture du centre de soins de la Mutualité. Après débat ce vœu est adopté à l’unanimité
Cette question du centre Saint Victor a fait l’objet de nombreuses réunions et d’une dizaine de vœux depuis 2 ans ;l’établissement est fermé depuis l’été, nous attendons impatiemment que les projets du nouveau repreneur,la Matmut, se concrétisent.

(NDLR : Cette semaine le Conseil de Paris a voté à l'unanimité un vœu préseenté par l'exécutif, demandant "au Maire de Paris de rappeler à la société GL Events, titulaire du permis de construire, de mettre en œuvre ses obligations afin de permettre, dans les meilleurs délais, la réouverture du centre de santé Saint Victor Mutualité aux usagers." )

Le Desperado (ex Action Ecoles)

Les deux écrans du cinéma "action écoles" ne vont pas disparaître mais ils changent de nom et de propriétaire.
Jean-Pierre Mocky a repris le lieu et rebaptisé la salle « Le Desperado ».
Il explique : " Les cinéastes indépendants qui vivent pour le septième art sont des desperados et rien d'autre. Mais le desperado a toujours de l'espoir, tout desperado qu'il soit. "
En un sens, l'affaire est joyeuse, d'autant qu'il a laissé à Jean-Marie Rodon le soin de programmer une salle.
Dans l'autre, Mocky présentera ses films.

Soyons nombreux dans tous les cinémas indépendants de l'arrondissement, en effet, en plus de l’aide apportée par la Ville de Paris aux cinémas d’art et essai, la fréquentation reste un éléments indispensable pour faire continuer à vivre ces lieux de culture encore nombreux dans le 5ème.

Le centre de Santé Saint Victor - Mutualité (suite)

Le Conseil de Paris de cette semaine a voté à l'unanimité un vœu demandant "au Maire de Paris de rappeler à la société GL Events, titulaire du permis de construire, de mettre en œuvre ses obligations afin de permettre, dans les meilleurs délais, la réouverture du centre de santé Saint Victor Mutualité aux usagers."
C'est une bonne nouvelle, mais la situation n’est pas claire.

Alors que GL Events risque de voir le permis de construire remis en cause si un centre de Santé n’est pas ouvert et que le vœu rappelle que la MATMUT envisage toujours sérieusement de reprendre la gestion du centre de santé Saint Victor Mutualité, les travaux engagés ne concernent que le Palais de la Mutualité en ignorant ostensiblement le centre de Santé.

Comment pouvons-nous interpréter une telle situation ?

- GL Events attend-t-il que la Matmut concrétise son intérêt pour commencer les travaux ? Si oui, n’oublions pas que la Matmut s’était engagé à préciser son projet pour fin mars ; prestations, usagers visés,…

- GL Events pense-t-il que Bertrand Delanoë n’ira pas jusqu’au clash ? Les prochaines semaines seront cruciales.

Etienne Dolet continuera de rester attentif et de vous informer.

http://lynecohensolal.typepad.com/mon_weblog/2011/03/nouveau-voeu-du-conseil-de-paris-sur-le-devenir-du-centre-de-santé-saint-victor-mutualité.html

LDH Paris 5/13: café-citoyen "l'état de la presse reflet de l'état de la démocratie"

La LDH (section 5-13) organise un café débat : "L'état de la presse reflet de l'état de la démocratie"

Café citoyen avec


Laurent Mauduit
Journaliste à Médiapart

De quel poids pèse le pouvoir sur la presse ? Peut-on parler d'une presse libre ? Peut-on dire qu'elle sert d'aiguillon à la démocratie ? Et à quelle démocratie ?

Mardi 5 avril 2011 à 19h30
café Latin Saint Germain
92 boulevard Saint Germain – Paris 5ème

dimanche 27 mars 2011

Du père ... au fils : "Le Journal du cinquième" a Paris

Avec le printemps certains habitants du 5ème ont reçu le dernier numéro du journal du 5ème ; je dis "certains" car je ne sais pas sur quels critères la diffusion a été effectuée car la distribution n'a pas été exhaustive; le collectif que constitue Etienne Dolet semble avoir été oublié dans sa totalité; mais ne soyons pas paranoïaques !)

Comme nous l’avons déjà dit cette publication n’est pas un Journal municipal, il est publié par … une association INDEPENDANTE: ADAL V.

Dans l’éditorial Jena Tiberi tisse l’éloge du Président de la République pour sa détermination à garantir la sécurité et la justice; Jean Tiberi semble oublier que Nicolas Sarkozy, successivement ministre de l'intérieur et président de la république, est depuis 2002 aux « manettes » pour ce qui concerne la sécurité des biens et de personnes. Quels résultats en 9 ans!!!

Une page d’entretien avec Jeannette Bougrab nous apprend seulement qu’elle a toujours aimé le 5ème et qu’elle s’est toujours dite « lorsque j’habiterai à Paris, je serai à 5 minutes de la Sorbonne » …. Nous sommes certes contents qu’elle ait pu assouvir son rêve, mais nous attendrions un peu plus de la secrétaire d’Etat à la Jeunesse et la vie associative !!!

En page 6, la lettre envoyée par Jean Tiberi au Maire de Paris au sujet des travaux d’aménagement de la place Maubert. L’utilisation partisane et politicienne que Jean Tiberi a fait du Conseil de Quartier Sorbonne a été scandaleuse; c'est scandaleux de le voir évoquer « respect de la démocratie locale et participative » quand on voit comment il a transformé tous les conseils de quartier en réunion UMP – tiberistes et la violence partisane qui régna durant cette réunion qui ne fit vraiment honneur au 5ème tolérant et démocrate que nous voulons défendre.

Lorsqu'il était Maire de Paris je ne suis pas sûr que Jean Tiberi fût aussi partisan de la démocratie populaire; il est vrai qu'il n'a toujours pas compris ce qu'est la démocratie participative.

La monté en puissance du « fils » est célébrée par une pleine page avec quelques questions sur les jeunes et l’arrondissement. Seule information intéressante, le lancement annuel de l’opération « Paris jeunes vacances »; grâce à ce dispositif environ 1000 jeunes parisiens reçoivent chaque année un chèque de 150 euros après validation de leur dossier par une commission que nous espérons « indépendante » aussi dans le 5ème.

Fidèle aux pratiques de son père, Dominique Tiberi oublie de dire qu’il s'agit d'une action mise en place et subventionnée par la Mairie de Paris et qu'il n'est en l'espèce qu'un délégataire qui doit respecter les critères d'octroi édictés au niveau de la capitale toute entière. Les attaques portées à l’adjointe au Maire de Paris chargée du commerce sont tellement fausses qu'elles ne méritent même pas qu’on s’y attarde.

Pour finir, le journal conclut avec la « pétition » sur la propreté, nous en avons déjà parlé, il est évident que cette pétition est un « flop ». En dépit des efforts des maires de droite, seulement 1600 signatures au 25 mars ont été recueillies !

En lisant ce compte-rendu vous comprendrez qu'Etienne Dolet, qui est un partisan de la clarté et de la vérité dans le débat républicain, a du mal à accepter que l'association éditrice puisse être considérée comme indépendante du Maire de l'arrondissement.

vendredi 25 mars 2011

Marsi, une princesse siamoise : amours et enchantements en peinture

La librairie La Boucherie vous invite le mardi 29 mars à partir de 18 heures

à la découverte du livre
« Marsi, une princesse siamoise : amours et enchantements en peinture»

L’ouvrage sera présenté par deux des auteurs, Georges Bloess & Françoise Py,

Marsi est une femme peintre d'inspiration surréaliste qui a réalisé de façon solitaire une oeuvre très singulière à la confluence des deux cultures, thaïlandaise et européenne.
Elle s'ouvre sur des paysages enchantés que n'aurait pas reniés Patinir.
Marsi pratique un art de la mise à distance où les sources, convoquées et transmuées, sont toujours appréhendées par un regard féminin.
Peinture post-moderne ou tout simplement intemporelle ? — notre tout nouveau siècle le dira.

Librairie la Boucherie
76, rue Monge 75005 Paris

jeudi 24 mars 2011

Concert Paganini l'insolite - Pavel Eret et Franck Leblois

Dimanche 27 mars 2011 à 20h30

Le duo « Commixtus» présente « Paganini l'insolite»
duos endiablés pour violon et basson
Pavel Eret, violon Franck Leblois, basson

au programme: intégrale des duos de Paganini
« Floreat rosa divina » de David Solomons
« Omaggio », création mondiale de Jean-René Combes

Le Bateau Daphné , amarré Pont de l'Archevêché / Notre-Dame, Quai Montebello
Métro Maubert-Mutualité, St-Michel

réservations: 01 30 36 18 88

Projection - débat
Roms, citoyens d'’Europe
de Bernard Kleindienst, 68 min
Vendredi 25 mars 2011 à 20h
Centre d’animation Dunois
61, rue Dunois 75013 Paris

L'’actualité de ces derniers mois a mis sur le devant de la scène les Roms, vieux peuple européen, arrivé en Europe depuis 7 siècles.
Citoyens européens, ils sont stigmatisés depuis de très nombreuses années.
Depuis les années 1990, des familles roms originaires de Roumanie, de Hongrie, de Bulgarie migrent vers l’'Europe occidentale pour fuir la misère et l’'exclusion dont elles sont victimes dans leurs pays d'’origine. Mais en France, elles vivent pauvrement, le plus souvent dans des bidonvilles, à la merci d’une expulsion.
Les installations précaires de roms roumains se multiplient en région parisienne. Quelles relations ont ces populations avec le monde qui les entoure : les mairies et leurs élus, les services de l'’Etat (préfectures, police etc.) ou les comités de soutien quand ils existent ? En retour, quelles sont les positions des autorités à leur égard ?
Le documentaire de Bernard Kleindienst présente une grande diversité de points de vue et des démarches très concrètes d'insertion menées par certaines collectivités locales.

Suivie d’un débat avec Jean-Pierre Dacheux, animateur de Romeurope 95, auteur de « Roms de France, Roms en France », Michel Févre, Collectif National Droits de l’'Homme, Romeurope, collectif droit des enfants roms à l’'éducation

El Salon del libro - Programmme culturel mars 2011

Jeudi 24 mars à 19h

Le journaliste dans tous ses états, rencontre avec Bertrand Rosenthal pour la sortie de son livre C’est toujours la vie qui gagne, éd. Choiseul en compagnie de Jean Lebrun, producteur de La Marche de l’histoire sur France Inter.

Vendredi 25 mars à 19h

Tertulia d’écrivains-chercheurs autour de l’Amérique latine avec Josefina Ludmer,Sergio Chejfec, Juan Pablo Dabove, Inés Sáez, Christophe Singler, Magdalena Cámpora. Avec Annick Louis (Université de Reims/CRAL).

Mardi 29 mars à 19h

De Mexique et de sang avec Martin Solares et Elmer Mendoza. Avec Florence Olivier (Université de Paris 3).

Jeudi 31 mars à 19h

Nelly Kaplan, le réservoir de sens de la franco-argentine pour finir avec panache el Marzo porteño de la librairie .
Rencontre exceptionnelle avec la réalisatrice et écrivain.


Librairie El Salón del libro
21 rue des Fossés Saint-Jacques

mercredi 23 mars 2011

FLASHMOB BELLE TOUTE NUE ! dans le 5ème

Il se passe des choses dans le 5ème !!!


Un flash Mob géant pour l'emission de télévision "belle toute nue" sera organisé le mercredi 23 mars sur le quai de la Tournelle à Paris (5è arrondissement).

Au programme : une chorégraphie originale pour l’émission et m6.fr !



http://www.m6.fr/emission-belle_toute_nue/flash-mob-belle_toute_nue

8ème édition du « Printemps de la démocratie locale

La démocratie locale fait son printemps : découvrez le programme !

Membres d’instances de démocratie locale (conseils de quartier, conseils de la jeunesse,

assemblée des citoyens parisiens extracommunautaires, comités d’initiative et de consultation….),

d’associations, élus et citoyens prendront part à l’effervescence démocratique du samedi 26 mars

au samedi 2 avril.

La 8ème édition du « Printemps de

la démocratie locale » aborde la question de la participation des habitants, de l’immeuble à

la métropole.

Samedi 26 mars

• 10-13h « Pouchet : Porte ouverte ! » : forum d’animations ludiques et citoyennes.

Mail Bréchet – 17e arrondissement

• 14h-18h Speed dating et conférences sur les pratiques innovantes de la démocratie locale.

Mairie du 13e arrondissement

Mercredi 30 mars

• 10h-12h Commission Démocratie Locale de l’Association des Maires des Grandes Villes de

France: « L’impact de la participation citoyenne sur les projets d’aménagement urbain ».

Hôtel de Ville – salle au tableau

Jeudi 31 mars

• 17h-19h15 Cyber débat « La métropole des citoyens : parlons pr@TIC » : plusieurs acteurs

de la Métropole confronteront leurs pratiques en matière de participation citoyenne. A retrouver en

direct sur Paris.fr

• 18h-22h Débat sur l’organisation sociale et l’habitat.

Maison des associations du 15e arrondissement

Vendredi 1er avril

• 18h30-20h Exposition et débat : « Malakoff, Paris, Vanves : de la ‘‘zone’’ à Paris Métropole ».

Centre Maurice Noguès – 14e arrondissement

Samedi 2 avril

9h-13h Journée de clôture à l’Hôtel de Ville :

« Université de Printemps de la Citoyenneté active ».


Si vous souhaitez vivre les coulisses de l’événement, c'est sur :

facebook.com/printempsdemloc2011 et twitter.com/demlocaleparis


49ème anniversaire de la proclamation du cessez le feu en Algérie à la mairie du 5ème, 19 mars 2011


L'affluence ces matins de commémoration est rarement au rendez-vous. Pour beaucoup il paraît inutile de ressasser éternellement ces vieilles histoires de combattants. Au fil des ans la jeunesse a quasi disparu de ces manifestations alors que ces cérémonies de mémoire sont l'occasion de regarder en face notre histoire, de comprendre ce qui nous unie, ce qui nous oppose, de trouver les réponses à ces "pourquoi" qui sont encore souvent tabous dans les repas familiaux, de permettre un partage entre les plus jeunes et les anciens qui ont vécu ces événements.

Au moment où notre pays s'engage dans un nouveau conflit, il est indispensable que ces moments soient l'occasion d'analyser, de comprendre, dans le respect de chacun et en oubliant ses rancœurs, le pourquoi de ces conflits qui ont couté et coutent encore à ceux qui ont pris parti pour l'un ou l'autre camp et par ricochet à leurs enfants et petits-enfants.

Nous ne pouvons donc que saluer la proposition de Lyne Cohen-Solal faites ce 19 Mars 2011 pour qu'une exposition pédagogique et historique soit accueillie à la Mairie du 5ème au 4ème trimestre 2011.
Mais cette exposition n'aura d'utilité que si elle est construite dans un esprit de transmission et de partage intergénérationnel. Aussi J'espère que ce projet sera construit avec les professeurs de l'arrondissement et que ceux-ci, qui ont su avec tant d'intelligence intéresser leurs élèves à l'histoire des enfants juifs "raflés" dans nos écoles et lycées, sauront les mobiliser sur un tel projet.

Discours prononcé par
Madame Lyne Cohen-Solal,
Adjointe au Maire de Paris et Conseillère du 5ème,
représentant Bertrand Delanoë, Maire de Paris,


Mesdames, Messieurs,
Monsieur le Président du comité du 5ème arrondissement de la FNACA,
Chers amis,

Au nom de Bertrand Delanoë, Maire de Paris que je représente ici ce matin, je vous remercie très vivement de votre présence pour cette cérémonie devant le monument aux morts de notre arrondissement.
Lorsqu’en 1954 s’ouvre un conflit dont on ne dit pas le nom, des jeunes gens, les « appelés » franchissent la Méditerranée pour accomplir leur devoir de citoyens, défendre leur pays les armes à la mains. A cette époque, il ne s’agit officiellement que d’une opération de « maintien de l’ordre ». Rappelons nous que les autorités françaises nommaient « la pacification » ces mouvements de soldats.
Cependant, et assez rapidement, la vérité de la guerre, d’une véritable guerre se fait jour en France. A partir d’août 1955, 60 000 jeunes récemment libérés se trouvent « rappelés » et 180 000 « libérables » sont maintenus sous les drapeaux. Les effectifs atteignent alors près de 400 000 hommes, dont de nombreux pères de famille, et le service militaire se voit bientôt étendu à 30 mois, deux ans et demi d’obligation les armes à la main sur un territoire mal connu.
Au bout de huit années difficiles qui verront l’agonie et la fin de la IVème République, ce conflit aura fait 25 000 tués, 65 000 blessés français et 205 000 morts algériens.

En ce 49ème anniversaire de la proclamation du cessez le feu en Algérie, il nous revient ce matin d’abord de rendre hommage à toutes les victimes et à tous les combattants de cette guerre niée comme telle, puis reconnue par le Gouvernement Jospin. Il faut aussi nous rappeler que depuis sa création, la FNACA avait pourtant souligné l’inutilité de cette guerre et a accueilli avec soulagement le cessez-le-feu conclu le 19 mars 1962. De son côté, l’OAS refusa l’arrêt des combats et n’hésita pas le 28 mars suivant à plastiquer le siège de la Fédération pour lui faire payer « le prix de sa clairvoyance » comme le disait alors Martinet.
Toute une génération et bien au-delà a été marquée, déchirée et traumatisée par la guerre d’Algérie, par les violences, par la mort. Je parle ici des soldats, des combattants, bien entendu, mais aussi de ceux qui ont eu à souffrir plus indirectement de cette guerre à cette époque comme aujourd’hui encore.

Il y a quelques années, Bertrand DELANOË, Maire de Paris, a souhaité donner le nom de « place du 19 mars 1962 » à une place de la Capitale, afin que Paris signifie officiellement qu’elle n’oublie pas ces années si douloureuses, ni surtout tous ceux qui en ont souffert dans leur corps et dans leur âme.
Le 19 mars 1962, date anniversaire du cessez-le-feu en Algérie, est donc devenue une date historique pour notre pays, une date qui a un sens, pour nous comme pour vous. Cette date rappelle le soulagement de tous ceux qui vivaient ou survivaient dans l’inquiétude, l’inhumanité et l’horreur de la guerre. Ce 19 mars 1962, ils entrevoyaient enfin une forme de soulagement après tant de tumultes. Ce répit n’était pas pour autant la paix, hélas ! Ce fut d’abord l’obligation de ramasser les morts, puis de reconstruire des vies sur place ou ailleurs… l’ensemble des manifestations prévues lors de cette journée à Paris contribue à le rappeler.
En ce 49ème anniversaire de la proclamation du cessez le feu en Algérie, tout en vous rappelant l’importance que revêt pour moi de venir ici, à vos côtés, au cœur du 5ème pour vivre avec vous, comme d’habitude, ce moment officiel d’émotion et de souvenir, je tiens à réaffirmer une nouvelle fois que personne en 1962 n’est sorti indemne de cette guerre d’Algérie !!!, vous le savez aussi bien que moi, et que nous pourrions mesurer aujourd’hui encore combien les traumatismes sont encore sensibles ici comme là-bas.
Ce message, nous devons tous le redire pour nos enfants et nos petits enfants qui n’ont pas connu ces horreurs sur notre territoire mais qui vivent avec cet héritage. Pour eux, pour les aider à l’affronter, nous devons assumer notre histoire, la regarder en face, sans exclure ni condamner quiconque a priori. Nous devons avant tout analyser, comprendre ce que représenta cette guerre pour la France, l’Europe, comme pour l’Algérie et le Maghreb. Nous devons faire en sorte, toujours, que l’ensemble des acteurs de ce drame d’hier comme d’aujourd’hui, soit concerné par des réflexions et manifestations de souvenir de notre pays.
Pour ce faire, je propose qu’en octobre 2011, ici en la mairie du 5ème, dans cette maison de l’ensemble des habitants de notre arrondissement, puisse enfin être accueillie une exposition pédagogique et historique pour relayer notre message. Car si nous devons savoir tourner la page, nous ne pouvons pas oublier ce qui s’est passé et pourquoi tout cela a pu se passer afin de vivre plus sereinement ensemble aujourd’hui. Je vous remercie


mardi 22 mars 2011

Conseil de Quartier Jardin des Plantes - Paris 5

Le Prochain Conseil de quartier Jardin des Plantes aura lieu


le jeudi 31 mars 2011 à 18h30.


A l'ordre du jour :


- l'utilisation des locaux de la rue de l'Epée de Bois inoccupés depuis la fermeture par la Mairie de Paris du centre de PMI

- les questions diverses des habitants

lundi 21 mars 2011

Cafés-philo 2011

Cafés-philo,

l

es samedi de 10 à 11h30.

animés par ;

Martine Aronowicz,

Pr. agrégée de philosophie


samedi 19 mars 2011:

LʼÉDUCATION : FONDEMENT DE LʼINTÉRÊT GÉNÉRAL.

La Paideia, lʼéducation du citoyen et de lʼhomme grec. Désirer le

Bien plutôt que le Pouvoir, cela s’apprend.

samedi 21 mai 2011:

LA QUESTION DES LOIS ET DE LA JUSTICE.

Qu'est ce que la justice dans la Cité? Que faut-il préférer : l’équité

ou la justice? Comment former le jugement de l'homme public ?


Café «Le MIRBEL»

4, rue de Mirbel 75005

M° Censier-Daubenton



http://www.philosopheraparis.com/philosopher_a_Paris/Programme_2010-2011.html

Hommage solennel de la Nation à Aimé Césaire

Un hommage solennel de la Nation au grand poète et homme politique martiniquais Aimé Césaire, décédé en 2008, sera rendu

lundi 6 avril 2011 au Panthéon

une plaque à la mémoire de l’intellectuel et homme politique sera scellée, "marquant ainsi la reconnaissance de la France dans son ensemble".

Le corps d’Aimé Césaire restera, conformément à sa volonté, en Martinique, terre qu’il a si bien incarnée pendant plus d’un demi-siècle.



Soirée-débat : "l’Afrique est-elle bien repartie"?

La soirée-débat organisée par "Inventer à Gauche" : "l’Afrique est-elle bien repartie"?


se déroulera :
Mardi 5 avril 2011 de 19H30 à 21H30 à l’Assemblée nationale
Salle 6242 (2ème sous-sol)
126, rue de l’Université

L’invité d’Inventer à gauche sera :
Jean-Michel SEVERINO, ancien directeur général de l’Agence française de développement (de 2001 à 2010),
Le débat sera ouvert par Joan Bardeletti (Photographe) qui présentera un reportage photo sur les classes moyennes en Afrique.

Vous pouvez vous inscrire dès à présent par retour de mail
mdestot.clb@assemblee-nationale.fr

samedi 19 mars 2011

Conseil de quartier Val de Grâce - 18 - mars - 2011 compte rendu

Ce vendredi soir la salle est vraiment clairsemée. Le thème est le CROUS (voir article suivant) et dans l’assistance on a beaucoup plus l’âge d’être grands-parents que parents ou étudiants.

A-t-on essayé d’inviter les associations d’étudiants, les syndicats d’élèves, les représentants des élèves dans les différentes structures d’accueil ? apparemment pas visiblement pas

Alors que nous avions l’occasion de créer un lien intergénérationnel, un lien entre ces jeunes dont on ne parle que des excès nocturnes dans nos conseils et les habitants au long cours du 5ème ; un constat d’échec ne peut qu’être fait.

Pour la énième fois, les conseils de quartier du 5ème sont détournés de leur objet et transformés ou en réunion d’information , au pire en réunion partisane polémique. Pouvons-nous encore espérer qu’un jour ils seront un lieu de travail, de proposition citoyenne, de rencontres des habitants, des travailleurs de notre arrondissement ?

Quelques questions téléguidées pour faire l’éloge du gouvernement sur les internats d’excellence ; le 5ème est au centre du dispositif parisien avec la Résidence Coubertin et le lycée Henri IV. Une querelle sur qui a fait quoi en matière de logements étudiants ; il est difficile pour Jean Tiberi d’admettre que la majorité actuelle a fait de l’aide sociale aux Etudiants une priorité d’avenir alors que lui ou son prédécesseur ont fait peu. Mais les faits sont là ; construction dans les deux mandatures de 7000 logements alors que la dernière mandature de droite n’en avait construit que 600 ; cela un effort annuel de 30Millions d’€ .

Tout le monde s’accorde à noter l’importance des efforts de revalorisation des bourses et de la baisse du plafond permettant ainsi de passer de 35000 à 50000 allocataires des bourses sur Paris. Un point positif, le Maire d’arrondissement découvre que 183 étudiants dont les familles habitent l’arrondissement bénéficient de bourse. Eh oui, il y a des gens en situation précaire dans le 5ème !

La gauche relève les déclarations du gouvernement sur le caractère inacceptable des loyers des fameuses « chambres de bonne », loyers très éloignés des 300€ pratiqués par le Crous ; mais il faudra passer de l’indignation à la réglementation.

Au sujet de la transformation en logements étudiants des 350 logements de la Caserne Lourcine qui jouxte le 5ème Boulevard du Port Royal, le représentant du Crous confirme que la moitié des logements seront consacrés à un internat d’excellence .

Au moment des questions diverses, il faut retenir la convergence des élus de droite et de gauche pour demander que la justice agisse avec fermeté vis à vis des commerçants qui « oublient » systématiquement de ranger leurs étals le soir et qui occupent deux fois plus d’espace que ce qui leur est autorisé !

Le CROUS: Centre Régional des Œuvres universitaires et scolaires de l’Académie de Paris


Lors du conseil de quartier Val de Grâce de vendredi, le directeur adjoint du CROUS est venu nous présenter son établissement si présent dans notre arrondissement.

Le CROUS est le Centre Régional des Œuvres universitaires et scolaires de l’Académie de Paris

La vocation de cette institution est d’améliorer les conditions de vie et de travail des étudiants et de donner à chacun, quel que soit son milieu social, les mêmes chances d’accès à l’enseignement supérieur. Son action est de 3 ordres : aide directe financière sous forme de bourse ou d’aide d’urgence, mise à disposition des logements accessibles aux plus défavorisés et enfin un accès à faible prix à une restauration complète et équilibrée.

On retrouve avec joie cette ambition républicaine d’égalité des chances traduction concrète de la devise inscrite au fronton de nos mairies.

Quelques chiffres :

300.000 étudiants dont 50.000 étrangers , 400 établissements allant des classes préparatoires ou BTS logés dans les lycées jusqu’aux universités.

Aide financière : 110 M€ de bourses réparties entre 50.000 boursiers qui vont de l’exonération des droits d’inscriptions et des cotisations aux mutuelles jusqu’à 4.000 € annuels (6 échelons d’octroi)

Un fonds d’aide d’urgence de 6 M€. 20 Travailleurs sociaux dédiés à l’écoute et au suivi des allocataires.

Restauration : 45 implantations dans Paris, 5 Millions de repas mobilisant 400 agents (tout est fait sur place), un repas pour 3€ subventionné pour 30%, un accès sans conditions à partir du moment où on peut justifier de son statut d’étudiant.

Logements : 45 implantations, 4000 logements accessibles à partir de la 3ème année d’étude sous conditions financières et pour 3 ans maximum. Des enquêtes sur la présence aux examens, trop d’échecs peuvent se traduire par un non renouvellement des attributions de logement. Des loyers de l’ordre de 300 Euros pour un studio.

20% des logements sont destinés aux élèves étrangers venant dans le cadre des échanges Erasmus ou de conventions entre états dans une logique de réciprocité bénéficiant aux étudiants français partant étudier dans un autre pays européen.

Constat : Le logement est le parent pauvre de ce dispositif ; 1 demande sur 10 est reçue positivement sachant que seul 1/3 des logements est disponible tous les ans. Malgré les efforts de la Mairie de Paris, le nombre de logements est très en dessous du besoin. Les jeunes femmes souffrent toujours d’un déficit de places dans les internats des lycées historiquement réservés aux garçons.

L‘absence de foncier manque pour lancer des chantiers correspondants aux besoins.

Certes, il y a d’autres structures publiques, privées et notamment la Cité internationale qui propose 5000 logements à destination principalement des étrangers. Mais on restera encore loin du compte dans les prochaines années et le prix des « chambres de bonne » ne fait que s’élever à des niveaux incompatibles avec les revenus de la majorité des parents et mettent en péril cette fameuse égalité des chances.

Une absente dans ce dispositif est l’assistance médicale notamment dans le domaine curatif et dans l’urgence ; à ce sujet on ne peut que se révolter devant la fermeture du centre médical de la mutualité qui offrait des prestations conventionnées très larges en plein milieu du Paris étudiant !

Mais cela est encore une autre histoire.

Nous sommes dans la période des dépôts de dossier, alors n’hésitez pas allez sur le site du CROUS : http://www.crous-paris.fr/

Etienne Dolet

Salon du Livre :dernière minute


A la présentation de votre carte d'une des bibilothèques municipales de Paris, le Salon du Livre vous donne 1 entrée libre pendant ces 3 prochains jours

jeudi 17 mars 2011

Conseil de quartier Val de Grâce - 18 - mars - 2011

Le prochain Conseil de quartier Val de Grâce aura lieu :
vendredi 18 mars 2011 à 18h30 à la mairie du 5e.

A l’ordre du jour :

- le fonctionnement du CROUS (Centre Régional des Oeuvres Universitaires et Scolaires),
- les questions diverses des habitants.

mercredi 16 mars 2011

La République se vit-elle à visage découvert?

Pour éviter toute mauvaise interprétation, je dois dire que je suis personnellement contraire au port du voile qui me semble une violence faite aux femmes, mais ce n’est pas avec des lois non applicables qu’on résoudra un problème réel.

Ceci étant dit, avez-vous regardé le prospectus édité par le gouvernement pour vulgariser la loi sur le voile ?

Une belle Marianne front relevé prête à partir au combat, visage découvert.
La première page nous rappelle le principe de la loi « nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage » (loi du 11 octobre 2010 entrée en vigueur le 11 avril 2011).
Pour plus d’information un site Internet a été créé (le nom même est tout un programme) : visage-decouvert-gouv !

Dans les pages internes, nous apprenons que certes restent autorisées les protections pour des raisons de santé (?), des déguisements pour carnaval ou pendant les manifestations traditionnelles.
On peut légitimement se demander quelle définition recouvre « manifestations traditionnelles».
Il est expliqué que la loi s’applique partout où le public accède librement ; la police nationale et la gendarmerie nationale doivent veiller à son respect.

Je reste sur ma faim car je ne comprends pas ce que doit faire le patron d’une boutique lorsqu’une personne « portant une tenue destinée à dissimuler son visage » entre dans son commerce.
Doit-il chasser le/la potentiel(le) client(e) ? ou doit-il appeler rapidement la police nationale pour qu’elle prévienne « le trouble à l’ordre public » ?

Blague à part, la loi a été un concentré de bêtises dans le seul espoir de ratisser les suffrages d’une partie de la population ; ces éléments de « clarification » n’apportent aucun aide et ne sont pas didactiques pour le grand public.

Il nous reste à espérer que le grand débat « convention sur l’islam » n’accouche pas de semblables inepties car, autrement, il ne faut pas s’étonner de la montée dans les sondages de Madame Le Pen (de grâce ne l’appelez pas Marine, prénom doux qui fait penser à une jeune femme souriante et aimable alors qu’elle défend les mêmes valeurs que son père !)

mardi 15 mars 2011

8ème FESTIVAL DU CINEMA TURC DE PARIS


La Filmothèque du Quartier latin accueille du 10 au 19 mars le 8ème FESTIVAL DU CINEMA TURC DE PARIS, organisé par l’Association ACORT – Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie en collaboration avec le Cinéma Odyssée et TÜRSAV.
Cet évènement propose un aperçu de la richesse des formes et des sujets de la production turque, à travers une sélection de 10 films récents et inédits, des rencontres avec des réalisateurs, des comédiens et des producteurs, ainsi qu’un retour sur quelques classiques.

Filmothèque du Quartier Latin,
9 Rue Champollion
Paris 5

Programme et séances :

dimanche 13 mars 2011

Le V arrondissement au "cahier d’ honneur" de la Justice

Ces derniers jours deux anciens ou actuels conseillers d’arrondissement du 5ème ont eu l’honneur de l’actualité.
Eh oui pour ceux qui l’ont oublié Jacques Chirac était élu de notre arrondissement !
Donc certains co-accusés de Jacques Chirac ont invoqué une exception de constitutionnalité qui a eu pour effet de reporter leur jugement d’au moins 3 mois et le président du Tribunal correctionnel n’a pas voulu juger individuellement Jacques Chirac.
Si Jacques Chirac doit être traité à égalité avec tout citoyen, s’il doit bénéficier des mêmes égards que tous ceux qui ont le même âge ou la même santé, il ne doit pas oublier que le fait d’avoir été Maire de Paris , 1er ministre, Président de la République lui impose des devoirs vis à vis de la République car ce jugement est emblématique de la santé civique de notre pays et de son déroulement , qu’il soit jugé innocent ou coupable , dépendra pour partie la confiance des citoyens dans le Politique et les politiques.
Et cette 1ère audience ne vas pas dans le bon sens ; car entre les 3 mois de délai dont dispose la Cour de Cassation pour répondre, éventuellement le délai de réponse du Conseil constitutionnel, un recours en appel quasi « obligatoire » et enfin un éventuel recours en cassation, le « tous pourris » a déjà fait des dégâts en réclamant que la justice traite tous les citoyens sur un même pied d’égalité qu’ils soient puissants ou citoyens « ordinaires ».
Sans rentrer dans les débats sur la qualité de certains sondages, l’extrême droite accapare de tels thèmes. Ceux qui doivent tout à la République devraient s’en rappeler.

Mais revenons au 5ème. Nous avons publié la dépêche AFP annonçant que le jugement en appel de Jean et Xavière Tiberi a été arrêté à septembre. Parfait. Mais iront-ils devant leur juge ou demanderont-ils à leurs avocats de jouer la montre et de profiter de la trêve politique des présidentielles, des législatives et pourquoi pas des municipales ?
Jean Tiberi disait dernièrement à la radio qu’il était en pleine forme ; nous en prenons acte.
Nous sommes beaucoup moins certains qu’il n’essaiera pas de jouer aussi l’exception d’anti constitutionnalité à son tour pour empêcher que son jugement définitif soit prononcé avant les municipales de 2014 car l’avocat qui a évoqué l’exception de constitutionnalité dans l’affaire des emplois fictifs de la Mairie de Paris n’est autre que Maitre Leborgne avocat en 1ère instance de Jean Tiberi !
Certains membres de la partie civile le pensent. L’avenir nous le dira.

Etienne Dolet restera vigilant.

Avis d’inondation sur le conseil de quartier Saint Victor

C’est une nouvelle fois la même clientèle (l’assistance est étonnement semblable aux divers conseils de quartiers et au conseil d’arrondissement) qui se retrouve aujourd’hui pour une séance exclusivement consacrée au risque d’inondation

La mémoire des parisiens reste marquée par la grande crue de 1910 dite crue centenaire et la probabilité est très forte que la Seine sorte une fois encore de son lit.

Même si d’importants travaux ont été effectués (créations de 4 lacs de retenue sur la Seine la Marne l’Aube et l’Yonne ; creusement du lit de la Seine) le gain apporté par ses installations ne correspond qu’à une hauteur d’eau de 70cm. Une crue supérieure de 15% par rapport à 1910 mettrait les parties basses de la région parisienne en risque d’inondations.

Consciente de cette situation la ville de Paris a élaboré un plan de prévention des risques d’inondation (PPRI).

Quelques barrages seront élevés à des endroits stratégiques, les stations de métro menacées seront confinées mais les inondations ne pourront pas être évitées
Les conséquences de cette montée des eaux seraient très préjudiciables :

- 8 millions d’habitants seraient privés d’électricité en région parisienne.

- 5 millions pourraient être privés d’eau potable.

- le fonctionnement des égouts sera affecté.

Les services publics s’emploieront alors à préserver les activités essentielles : des productions autonomes d’électricité par groupes électrogènes sont prévues ,des usines de pompage existent pour l’assainissement ….Chaque établissement public à déjà élaboré son propre PPRI.

samedi 12 mars 2011

30€ le kilo de raisin du Chili ; où est passée la raison ?

D’aucuns me diront que je ne suis pas obligé d’en acheter, d’autres que venus en avion ce prix se justifie. C’est vrai mais à un moment donné il faut savoir dire stop.
On ne peut pas parler de développement durable, on ne peut pas parler de mixité sociale, on ne peut pas parler de millions de français qui vivent sous le seuil de pauvreté et ne pas s’indigner sur ce que je considère comme une atteinte à la raison citoyenne, une agression gratuite de ceux qui commencent le mois en se demandant comment ils vont le terminer.

Au fait ces prix n’ont pas été relevés à l’étal d’une épicerie de luxe mais Rue Mouffetard comme dans d'autres marchés de l'arrondissement !
Que devient notre arrondissement, que les commerçants ne se demandent pas pourquoi les habitants vont de plus en plus dans les supermarchés.

vendredi 11 mars 2011

Conseil d'arrondissement Paris 5, 17 - 3 - 2011

Ordre du jour:
  • Points adminisstratifs
  • Subventions
  • Signature d'une convention d'objectifs passée avec la Fondation "Oeuvre de la Croix Saint Simon" pour le fonctionnement de la structure multi-accueil "Tambour et trompette"
  • Mise en oeuvre des évolutions nécessaires du PLU; décision de ne pas poursuivre la procédure d'élaboration / révision du PLU engagée en 2009 ; - Avis sur l'engagement par le Maire d'une procédure de modification du PLU dans les 20 arrondissements
  • Demande de subventions auprès de la Région d'Ile de France au titre du programme 2011 d'aménagements de sécurité.
  • Approbation d'une nouvelle délimitation des zones tarifaires du stationnement rotatif. Autorisation de signer l'arrêté correspondant à cette nouvelle délimitation.
  • Signature avec le Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable, des Transports d'une convention pour l'installation, la modification, la maintenance des dispositifs Contrôle Automatisé (CA) des vitesses sur le territoire de la Ville de Paris et avec la Préfecture de Police d'une convention d'occupation du domaine public.
  • Signature avec le Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement d'une convention pour l'installation, la maintenance des dispositifs Contrôle Automatisé de Franchissement de Feux Rouges (CAFR) sur le territoire de la Ville de Paris et avec la Préfecture de Police d'une convention d'occupation du domaine public.
  • Adoption du Programme Local de l'Habitat

El Salon del libro - Programmme culturel mars 2011

Au mois de mars Le Salón se portègnise... et honore aussi les auteurs mexicains en marge de la défunte année du Mexique

Lundi 14 mars à 19h

Rencontre exceptionnelle avec Elena Poniatowska
Avec Marie Cordoba et Annick Allaigre (Université de Paris 8).

Mercredi 16 mars à 19h

Vernissage de l’exposition "Buenos Aires sur Seine" par Alberto Bali, Micaël, Ricardo Mosner et Antonio Seguí.

Vendredi 18 mars à 19h

Rencontre avec Emmanuelle Honorin pour la présentation de son livre Astor Piazzolla, le tango de la démesure aux éditions Demi-lune.
Lundi 21 mars à 19h

Rencontre autour de la revue culturelle argentine Ñ avec son directeur, le poète Jorge Aulicino accompagné par ses auteurs, entre autre l’ami Jorge Fondebrider et le journaliste du Monde Jean-François Fogel.

Mardi 22 mars à 19h

Rencontre avec Philippe Broussard pour son livre La disparue de San Juan aux éditions Stock

Jeudi 24 mars à 19h

Le journaliste dans tous ses états , rencontre avec Bertrand Rosenthal pour la sortie de son livre C’est toujours la vie qui gagne, éd. Choiseul

Vendredi 25 mars à 19h

Tertulia d’écrivains-chercheurs autour de l’Amérique latine avec Josefina Ludmer,Sergio Chejfec, Juan Pablo Dabove, Inés Sáez, Christophe Singler, Magdalena Cámpora.
Avec Annick Louis (Université de Reims/CRAL).

Samedi 26 mars à 17h

De Mexique et de sang avec Mario Gonzalez Suarez, Cristina Rivera Garza, Martin Solares, Hilaro Peña, Bernardo Fernandez "Bef", Ricardo Guzman Wolffer.
Avec Florence Olivier (Université de Paris 3).

Librairie El Salón del libro
21 rue des Fossés Saint-Jacques

mercredi 9 mars 2011

Faux électeurs de Paris 5, Jean Tiberi sera jugé en appel en septembre (dépêche AFP).

Le procès en appel du député-maire du 5 arrondissement de Paris Jean Tiberi et de son épouse Xavière dans l'affaire des faux électeurs du V arrondissement se tiendra du 26 septembre au 11 octobre, a décidé mercredi la cour d'appel de Paris, lors d'une audience de fixation.

Le procès se tiendra les lundis, mardis et mercredis après-midi devant la chambre 4-10 et sera présidé par Bruno Laroche.
Xavière et Jean Tiberi, âgés respectivement de 74 et 76 ans, ont toujours farouchement nié avoir participé à une quelconque fraude électorale.
Le 27 mai 2009, en première instance, l'ancien lieutenant de Jacques Chirac à la Mairie de Paris a été condamné à trois ans d'inéligibilité, dix mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende, tandis que son épouse Xavière s'est vu infliger neuf mois avec sursis et 5.000 euros d'amende. Ils ont tous deux fait appel.
Le député-maire UMP du Ve arrondissement de Paris peut conserver ses mandats électifs tant que la cour d'appel et, le cas échéant, la Cour de cassation n'auront pas statué sur son cas.
En première instance, les juges avaient estimé que l'ancien maire de Paris (1995-2001) était "non seulement le principal bénéficiaire" de la fraude électorale organisée lors des municipales de 1995 et des législatives de 1997, mais y avait "contribué".
A également interjeté appel la première adjointe à la mairie du Ve, Anne-Marie Affret, condamnée à neuf mois de prison avec sursis, 1.500 euros d'amende et deux ans d'inéligibilité.
Elle était la seule des prévenus présente à l'audience mercredi.
Fidèle parmi les fidèles, Anne-Marie Affret a longtemps contesté son implication. Mais elle avait fini par craquer à l'audience, accusant en filigrane les Tiberi d'être les instigateurs de la fraude.
Plus de deux ans pour programmer un procès en appel, "ce n'est pas tout à fait un délai normal", a réagi l'avocat de plusieurs parties civiles, Me Antoine Comte.
Après le renvoi in extremis mardi du procès Chirac et ce délai hors norme, a-t-il poursuivi, "la question est de savoir est-ce qu'on pourra vraiment juger des hommes politiques dans ce pays, s'ils sont considérés comme coupables d'infraction, du moment que leurs amis politiques sont au pouvoir?"
"On a eu l'impression en permanence d'obstacles récurrents", a ajouté Me Comte. En tout cas, "ce ne sont pas les parties civiles qui soulèveront une QPC", a-t-il ironisé, en faisant référence à la question prioritaire de constitutionnalité qui a permis le report du procès Chirac.
Quant à citer Jacques Chirac comme témoin, "c'est concevable", a-t-il reconnu, alors qu'en première instance, le président était couvert par son immunité.
L'affaire avait éclaté en avril 1997, avec un article du Canard enchaîné, puis les plaintes en cascade de plusieurs opposants politiques à Jean Tiberi.
L'enquête avait mis au jour un système organisé dans lequel des personnes ne résidant pas dans l'arrondissement étaient "incitées" à se faire inscrire sur les listes électorales, en échange d'une place en crèche, d'un logement ou encore d'un emploi à la mairie de Paris.
L'ancien maire du Ve (1995-2001) Jean-Charles Bardon n'a pas fait appel desa condamnation à trois mois avec sursis, 1.500 euros d'amende et un an d'inéligibilité, pas plus que les six fonctionnaires condamnés.
dom/pmg/fm

AFP 091444 PPP MAR 11